Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

mardi 31 juillet 2012

Il est sympa, ce titre

Il est sympa, ce titre, vraiment sympa! Il est génialissime, même!
Jacques Serrès, l'écrivain aux trois best-sellers incontournables, est confortablement installé dans le fauteuil en cuir du bureau de son appart parisien. 
Une fois encore, il relit la phrase inscrite sur on ordinateur. Elle doit devenir le titre de son prochain roman: 
- C'est mieux la vie, quand elle est grande... 
Il se gratte le sommet du crâne. 
- C'est beau. Putain, qu'est-ce que c'est beau! J'adore! Ca ne peut que donner une bonne histoire, mais laquelle? A moi de la trouver, maintenant... Elle ne peut être que grande, elle aussi... 
Il se lève et fait les cent pas. 
- Elle pourrait se passer... je ne sais pas... dans les... dans les montagnes, avec... des espaces sauvages à couper le souffle... Une histoire d'alpinistes? Non, c'est pas à la mode, ça n'intéressera que quelques vieux nostalgiques de "Premier de cordée". Mon éditeur va faire la gueule... Et je ne veux pas d'un truc à la Heidi! Faut que ce soit beau, mais sans tomber dans la mièvrerie... 
Il se rassoit. 
- Le plus simple serait s'écrire une histoire qui me tient à cœur et de trouver le titre après... Un titre, c'est rien! 
Par la petite fenêtre de son bureau, il regarde un instant la pluie qui s'écrase mollement sur les toits. 
- Non, il faut que le garde. C'est une vraie pépite! Mais j'y mets quoi, dedans, hein? J'y mets quoi? 


Un titre peut-il mettre l'écriture en action? 
C'est la question que pose l'une des nouvelles de ce recueil, brossant le portrait d'un écrivain retiré dans sa tour d'ivoire, que son titre de rêve de roman mène en plein paradoxe.... "Roman", c'est aussi le titre de la première nouvelle du recueil, qui a également pour héros un écrivain - deux nouvelles sur huit, donc, portent sur le thème de l'écriture.
Les autres sont très diverses. L'une d'entre elles, très réussie, a pour cadre la première guerre mondiale, source d'inspiration de l'auteur par ailleurs et qui nourrit son deuxième polar pour adolescents (soit dit en passant, c'est un livre à offrir aux jeunes qui aiment les polars, à ceux aiment l'histoire, mais également à ceux qui ont du mal à se tenir à la lecture d'un livre, ça pourrait fonctionner!). 
Quant à Brumes sanglantes, c'est un recueil sympathique et sans prétention, illustré à l'avenant. 

C'est mieux la vie, quand elle est grande 
Illustrations Etienne M 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...