Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

dimanche 19 décembre 2010

Le matériau source

La vie privée de Brian, avec tout son chaos, ses hauts et ses bas, était l'atelier de sa vie professionnelle, un laboratoire pour son théâtre. Et, bien sûr, il écrivait sur nous. Mike disait à l'époque que l'expression "légèrement déguisé" était un peu trop replète pour décrire la relation que Brian entretenait avec son matériau source. Sa première pièce tournait autour de la mort d'une mère atteinte d'un cancer. Il y en eut beaucoup sur le même thème lors de cette saison, mais ce fut la sienne qui remporta le plus de succès. Nous allâmes tous à la première au Theatre Workshop de New York. La pièce était mise en scène par Foster, qui avait été son meilleur ami depuis leurs années à Choate et l'avait suivi à Yale pour étudier le théâtre. Nous étions restés là, prostrés dans le contrecoup, tandis que les tonnerres d'applaudissements retentissaient autour de nous. Difficile de savoir comment réagir. Dans la pièce, Brian semblait revendiquer une place particulière aux côtés de notre mère, dans la mesure où le personnage qui l'incarnait le plus clairement avait été plus aimé et plus dévasté que les autres. 


Une vraie question que celle du "matériau source", abordée de manière très parlante dans la nouvelle citée - en tout cas de manière plus efficace, certainement, qu'à travers une dissertation... 
Le recueil réunit des nouvelles écrites sur trente ans ou presque (celle qui est citée est de 2007). On y croise des personnages qui présentent le point commun d'avoir du mal à vieillir et d'évoluer dans des milieux qui ne les y aident pas toujours - mais certains autres, au contraire, vieillissent merveilleusement! L'auteur nous brosse des portraits attachants même si le regard qu'il porte sur ses personnages n'est pas toujours indulgent. 

"Une madone pour le jour de la dinde"
Editions de l'Olivier 2009 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...