Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

vendredi 19 avril 2019

Avant on croyait

Il semble que ça défnisse l'un de nous deux à tour de rôle tous les dix ans, de gros blocs de secouage de puces, puis de grands puits de mélancolie. 
Comme tout le monde, en fait. 
Avant on croyait qu'elle allait réapparaître un jour et dire que ça n'avait été qu'un test. 
Avant on croyait qu'on mourrait tous les deux au même âge qu'elle. 
Avant on croyait qu'elle pouvait nous voir à travers les miroirs. 
Avant on croyait qu'elle était agent secret, qu'elle envoyait de l'argent à Papa et lui demandait des nouvelles. 
Nous avons pris soin de la faire vieillir, de ne jamais l'emprisonner. Pris soin de l'appeler Grand-mère quand Papa est devenu Grand-père. 
Nous espérons qu'elle nous aime bien. 

A-t-on jamais lu parole plus vraie?

Une femme est morte. Elle laisse un mari éploré et deux fils. Ils trouvent de l'aide dans la compagnie d'un corbeau, venu avec le malheur et la souffrance et décidé à s'en charger... S'ensuivent de courts textes, d'une poésie insolite, prenant parfois des allures de journal intime, rédigés en alternance par le père, les fils, et... Corbeau - en ce qui concerne ce dernier, dont l'expression laisse parfois à désirer, il peut arriver qu'on soit un peu dérouté. Mais le malheur doit être dit, chacun le parle - ou le croasse - à sa manière. Pour fuir l'histoire qui continue, on raconte et on se raconte des histoires - avant de reprendre le cours de son histoire... en apprenant à conduire sur chemin cahoteux. 
Un livre de deuil à la justesse saisissante, dont le ton n'a rien à voir avec celui qu'on réserve habituellement à la circonstance.
Une fable, disent certains. Peut-être. Un livre inclassable, ça, en revanche, c'est certain, A lire pour son écriture.
A lire plus évidemment plus attentivement encore si on est un habitué des grands fonds, un spéléologue des puits de mélancolie, l'un de ceux qui ont contracté la toxique habitude d'aller guetter une apparition au fond de leur chagrin ou de leur verre. Car on peut trouver dans cet ouvrage des raisons de relever la tête, ne serait-ce que pour voir s'il n'y a pas par là un corbeau prêt à discuter... 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...