Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

dimanche 6 février 2011

Les éléments importants que je te transmets

Ces pages sont extraites du journal qui m'a été légué par ma tante, Mary Carlisle, et datées du 2 juillet 1961. 
Ernest Hemingway, que j'ai bien connu, est mort aujourd'hui, de sa propre main. Il y a autour de cette nouvelle une telle agitation publique, un tel tapage, non seulement du fait de son décès mais également parce que c'est un suicide, que certains parmi la bande des anciens comparent sa disparition à celle de notre cher Jack London, il y a tant d'années. Certes, Ernest n'a jamais connu Jack, une génération les sépare, mais l'influence de Jack sur son cadet est indiscutable. Aujourd'hui encore, le public comme la critique se livrent à la comparaison de leur œuvre et de leurs exploits. Ils en concluent que, même si les instruments de leur mort sont différents, l'un s'étant tué par  balle, l'autre par injection de morphine, ils avaient tous deux les mêmes intentions essentielles. Ou, du moins, c'est ce que l'on suppose généralement. 
Les secrets, comme les promesses, constituent parfois une terrible responsabilité pour ceux qui en sont les dépositaires. J'ai très longtemps gardé mon secret sur la mort de Jack London, pour respecter la volonté de mon très cher ami, disparu depuis tant d'années. Mais peut-être s'est-il écoulé assez de temps pour que la vérité ne risque plus de hanter qui que ce soit, à part moi-même. Je crois qu'il est nécessaire de rétablir les faits. Aussi est-ce à toi, ma chère nièce, que je lègue ce soin, à l'aide des éléments importants que je te transmets. 



Encore Hemingway - décidément on en parle beaucoup... pure coïncidence.
La transmission des secrets est-elle l'une des motivations à l'écriture? Wendy Hornsby, l'auteur de cette nouvelle s'est réellement interrogée sur la mort de Jack London, nous dit-on à la fin de ce recueil de vingt-trois nouvelles, écrites par autant d'auteurs, toutes des femmes, certaines largement reconnues, d'autres publiant leur première nouvelle. Un même thème: à tout meurtre son mobile, à tout mobile son péché...
Très réussi.

"La violoniste" - Wendy Hornsby
dans : Mortels péchés, recueil de nouvelles, réunies par Elizabeth George (deuxième recueil de la collection "Reines du crime")
Editions Presses de la Cité, 2009, Pocket, 2010 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...