Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

samedi 19 février 2011

L'homme n'est qu'une erreur d'écriture

Le monument avait été inauguré en 1932 par le prince de Galles, et les noms de tous les Disparus avaient été gravés sur ses parois, mais çà et là, relégués dans des additifs, figuraient ceux de quelques soldats tirés tardivement de l'oubli. (...) 
(...) mais c'était Malcolm H.W. qui l'intriguait le plus. Malcolm H.W., ou, pour citer l'inscription complète, "Malcolm H.W., The Cameronians (Sco. Rif.). A servi sous le nom de Wilson H.". Un additif et un rectificatif à la fois. Au début elle s'était plu à imaginer son histoire. Etait-il encore trop jeune pour être accepté dans l'armée? Avait-il falsifié ainsi son nom pour se sauver loin de chez lui, pour fuir quelque fille? Etait-il recherché pour avoir commis quelque méfait, comme ces hommes qui s'engageaient dans la Légion étrangère française? Elle ne voulait pas vraiment le savoir, mais elle aimait songer à ce garçon qui avait d'abord été privé de son identité, puis de sa vie. Cette accumulation de pertes semblait le grandir à ses yeux; pendant un certain temps, icône sans visage, il avait menacé de concurrencer Sammy et Denis en tant que figure emblématique de la guerre. Mais par la suite elle avait répudié de telles chimères. Il n'y avait là aucun mystère en réalité. Le soldat H.W.Malcolm était devenu H.Wilson. Il s'appelait très probablement H.Wilson Malcolm, et quand il s'était porté volontaire, quelqu'un s'était trompé de colonne; et ensuite on n'avait pas pu le rectifier. Cela paraissait logique: l'homme n'est qu'une erreur d'écriture corrigée par la mort. 


La narratrice, experte en chagrin, excelle également en typographie. D'où, sans doute, la métaphore... 
Les écrivains sont-ils là pour rectifier les erreurs d'écriture que sont nos vies, erreurs destinées à être corrigées définitivement un jour - la correction finale présentant cependant la particularité de laisser ensuite toute liberté aux correcteurs ultérieurs...? 
Trois nouvelles surprenantes, qui nous promènent des champs de bataille de la Somme aux vignobles bordelais en passant par le Paris des surréalistes. 

Editions Denoël 1998, Folio 2008 
Nouvelles extraites du recueil Outre-Manche 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...