Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

mardi 6 mars 2012

C'est venu comme ça

Le livre des prières juives. "Je suis venu pour accomplir et non pour abolir", avait dit le Christ. 
Les racines du christianisme étaient là toutes entières peintes comme jamais personne ne les avaient peintes. 
Cuneo regarda en direction du doge. Celui-ci était en conversation animée avec le nonce, et Cuneo capta ces mots: 
- Il dit vrai, que veux-tu. 
(...)
(...) Deux rangs d'invités entouraient Elie. 
- Tu as réussi ce que personne n'a réussi, lui dit le maître. 
Il leva les yeux vers la toile et ajouta, l'air pensif: 
- Le disegno et le colorito... Tu es le plus grand d'entre nous, Turquetto... 
Il se mit à rire: 
- En plus, tu nous as fait plus beaux que nous ne sommes... 
Il y eut des applaudissements. Il donna l'accolade à Elie et se dirigea lentement vers la sortie. Les invités qui l'entouraient se dispersèrent et Cuneo put enfin s'approcher d'Elie. Il lui lança d'un ton sec: 
- M'expliqueras-tu ta toile? 
Elie soutint son regard: 
- C'est venu comme ça. 
Au même instant Gandolfi s'approcha d'eux et posa la main sur l'épaule d'Elie: 
- C'est très bien, Turquetto. C'est vraiment très bien. 
Il le pensait. Onze ans après les résolutions du concile de Trente, il ne restait rien d'elles. L'Eglise s'éloignait du christianisme et Venise était toujours un lupanar. 
Il regarda la toile. Difficile d'imaginer une plus belle représentation de la Cène. Il relut l'inscription en lettres grecques: "Jésus de Nazareth, roi des Juifs". 
- C'est très bien. Et puis cette idée d'honorer Venise, avec tous ses peintres... 


Comme un roman ou une nouvelle, un tableau peut raconter plusieurs histoires... et ne pas toutes les livrer au premier regard, même si on a l'impression d'en voir toute la complexité dès sa découverte. 

Quant à "venir comme ça", le dessin le peut-il, comme l'histoire sous le stylo ou clavier...? Il semblerait, tout au moins pour certains. 
C'est un très beau roman que celui de Metin Arditi, une très belle histoire de filiations, d'exodes, de croyances - tout cela au pluriel, pour un seul homme, porté par une seule passion. Une belle histoire de vie, très bien écrite, qui fait voyager le lecteur de Constantinople à Venise au XVIème siècle. Un livre qu'on lit vite - trop vite et à regret quand on en est aux dernières pages, à cause de ses personnages hauts en couleur, qu'on a bien du mal à quitter. 

Editions Actes Sud, 2011
Illustration de couverture: L'homme au gant, Le Titien, 1520 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...