Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

vendredi 24 juin 2011

Rien d'autre

L'homme ferme son cahier, se lève, passe dans la chambre. Il en ressort avec un sac en plastique et un bout de ficelle. Il enveloppe le paquet dans le sac, noue la ficelle autour du sac. Il sort. Ferme la porte. Il franchit le portail, ferme le portail. Il regarde la maison un instant. Il sourit. Il s'éloigne. 
Plus tard, il arrivera près de la rivière. Il s'allongera, le côté droit baignant dans la rivière, le côté gauche posé sur le rivage, la main gauche posée sur le sac de plastique contenant le cahier. 
Quelques mois après, un promeneur longera cette rivière. Il trouvera un sac de plastique à moitié enfoui dans la boue, avec un cahier à l'intérieur. Il ne trouvera rien d'autre. Il ouvrira le cahier. 


Le cahier que l'on trouvera dans la rivière est le journal d'un homme qui va vers son destin. Quelle idée se fera de lui le promeneur qui lira le cahier...? Cette question est la seule à laquelle nous pouvons répondre, puisque le contenu du cahier nous est offert, à nous aussi. De cet homme, il reste ce qui est écrit dans ce cahier - rien d'autre. Est-ce pour cette raison qu'il faut écrire: parce qu'un jour il ne reste rien d'autre...? Peut-être.
Les personnages de ce recueil de nouvelles, aussi touchants que divers, ont ceci de commun qu'ils sont à un tournant, que quelque chose va se passer - ou pas. La nouvelle éponyme, d'où vient l'extrait ci-dessus, est la plus longue. Les autres sont très brèves et nous donnent à voir, en quelques pages, une tranche de vie, un bout de rêve - ou au contraire un morceau de quotidien saisi au vol... 
Ce livre de Philippe Napoletano est édité dans un petit format très sympathique et bien pratique. L'éditeur, Le mot fou, a repris une partie du fonds de HB éditions et s'oriente vers la publication de romans et nouvelles "en lien avec la thématique de l'inquiétante réalité". Tout un programme... 

Editions Le mot fou, 2010, HB éditions 2001

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...