Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

dimanche 20 décembre 2009

Saisir une atmosphère


Au bout d'une bonne heure de marche, j'aperçus un drugstore ouvert. J'entrai et pris un café. Il était réchauffé, noir et amer, avec un goût médicinal, exactement ce qu'il me fallait. Je me sentais déjà soulagée, et maintenant je commençai à me sentir heureuse. C'était un tel bonheur, d'être seule. De voir la chaude lumière de fin d'après-midi dehors sur le trottoir, les branches d'un arbre dont les feuilles venaient de sortir, répandant leur ombre parcimonieuse. D'entendre du fond du magasin les bruits de la partie de base-ball que l'homme qui m'avait servie écoutait à la radio. Je ne pensais pas à la nouvelle que j'allais imaginer sur Alfrida - pas à cela en particulier - mais au travail que je voulais faire, qui reviendrait plus à saisir une atmosphère dans l'air qu'à construire des narrations. Les cris de la foule me parvenaient comme des battements de coeur, remplis de chagrins. De ravissantes vagues au son cérémonieux, pourvues d'un accord et d'une lamentation lointains et presque inhumains.
C'était ce que je voulais, c'était à cela que je pensais devoir consacrer mon attention, c'était ainsi que je voulais ma vie.


Une nouvelle dans laquelle on voit naître une vocation d'écrivain, "Les meubles de famille", d'Alice Munro, dans Un peu, beaucoup... pas du tout, recueil de neuf nouvelles, neuf histoires de femmes, neuf portraits par petites touches. Comme la narratrice de sa nouvelle se promet de le faire, Alice Munro excelle à saisir une atmosphère, mais cele ne l'empêche pas de raconter des histoires, des vraies histoires, qui font de ce livre un délice.

"Les meubles de famille"
Editions Payot & Rivages, bibliothèque étrangère, 2006
Illustration de couverture: Romain Julien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...