Le principe des articles de "pourquoi j'écris": un extrait de texte en italiques, un commentaire personnel ensuite, des liens (en bleu quand ils n'ont pas été utilisés, en gris ensuite) - et la couverture du livre, quand il s'agit d'un livre (le cas le plus fréquent), ou une illustration.
A la base: l'éclectisme, revendiqué.
Du moment qu'il s'agit d'écriture - de préférence de manière métaphorique, voire subliminale...
Associés à cette chronique, deux blogs annexes: "blogorrhée", pour pouvoir parler en sortant du cadre - éventuellement; et "mes textes", au cas où. On y accède par la bande horizontale du haut (même page) ou par le sommaire, à droite (nouvelle page).
Merci de votre visite et bonne lecture!

vendredi 9 octobre 2009

Ecrire en se jouant


"J'aime écrire, dit-elle.
Ecrire un roman, c'est faire un mensonge. J'aime mentir. J'ai toujours menti."
L'instinct marchand de René Juilliard lui souffle qu'il a trouvé en Françoise Quoirez un personnage, un petit phénomène comme l'édition les apprécie. La jeunesse est un bon argument commercial. La finesse, l'instinct de la jeune fille lui permettent de s'accorder aux attentes de la bourgeoisie de son temps. Pendant les trois heures qu'il passe avec elle, le 17 janvier 1954, René Juilliard succombe à la séduction de ce petit personnage rare, qui semble avoir écrit en se jouant, comme l'acrobate du cirque de Pékin fait tournoyer l'assiette sur une baguette en bambou.


"Je suis un accident qui dure" a dit d'elle la romancière projetée sous les feux de la rampe à dix-neuf ans. Bonjour tristesse, un accident? Certainement pas, apprenons-nous dans cette récente biographie. A l'en croire, à six ans, la petite Françoise écrivait à sa mère: "Je ne pas beacou de chose à te dire parce que jan é pa beaucoup invanté dans ma tête ma chère maman"... N'est-ce pas là une phrase d'écrivain en herbe?
Françoise Sagan aimait raconter des histoires, elle écrivait vite - comme elle vivait -, elle réinventait la vie, des vies, comme elle le dit à sa manière dans l'extrait cité, qui arrive au troisième chapitre (les deux premiers et l'introduction peuvent être lus sur le site de l'éditeur) de la biographie que lui consacre Marie-Dominique Lelièvre. Au fil des pages, on entr'aperçoit Sagan et sa bande, Sagan et ses voitures, Sagan et la comédie sociale qu'elle refuse de jouer, Sagan et son élégance, toute à elle et comme d'autres aspects de sa vie, en avance sur son temps, Sagan et l'argent, Sagan et la frivolité, Sagan et ses interviews, mémorables, tant à cause de son intelligence que de sa gentillesse... En bref, la biographe nous livre joli portrait, allant de l'enfant gâté à la grande dame de l'écriture et n'occultant pas grand chose - semble-t-il -, ni de son oeuvre ni de sa vie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Ecrire, pourquoi pas? Et si vous commenciez par écrire ici...? Vous pouvez dire ce que vous pensez du livre si vous l'avez lu, ou bien de l'extrait cité... C'est à vous!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...